Une cotisation prélevée par l'ANICAP

L'ANICAP prélève des cotisations interprofessionnelles obligatoires pour tous les opérateurs de la filière (obligation renouvelée par arrêté du 28 janvier 2019).

Un nouvel accord interprofessionnel a été signé par les trois collèges de l'ANICAP le 11 juillet 2018, fixant le taux de cotisation à 4,5 € pour 1000 litres de lait collecté selon la répartition suivante :

  • 3,5 € payés par les producteurs livrant leur lait à une laiterie
  • 1 € payé par les transformateurs

Cet accord est entré en vigueur le 1er janvier 2019.

La cotisation prélevée sur les laits transformés à la ferme demeure inchangée et s'élève à 4 € pour 1 000 litres.

En 2020, les producteurs livreurs ont contribué à hauteur de 73% aux ressources de l'ANICAP, les transformateurs privés et coopératifs de 21% et les producteurs fermiers de 6%.

A quoi ça sert ?

La cotisation interprofessionnelle prélevée sur le lait de chèvre sert à financer des projets d'intérêt général et de portée nationale touchant l'amont comme l'aval de la filière caprine.

En 2020, les cotisations ont été consacrées :

- A la promotion collective des fromages de chèvre en France et à l’export. Les programmes de promotion menés bénéficient à tous les fromages de chèvre, fermiers ou laitiers, disponibles sur ces marchés et ont pour objectif de favoriser leur consommation.

Autres actions de promotion : la tenue d’un stand au Salon de l’Agriculture et la diffusion de brochures pédagogiques pour les scolaires.

- Au financement d’actions visant au développement de la filière : Code Mutuel de Bonnes Pratiques d’élevage, soutien de travaux en matière de suivi de la règlementation, appui à la recherche (Actalia) et à la génétique (Capgènes), abonnement à des panels de consommateurs afin d’obtenir des données sur les marchés des fromages de chèvre, GBPH européen...

- Aux interprofessions caprines régionales ou comités régionaux (Brilac, Cilaisud caprin, Commission caprine du Criel Centre et Commission caprine du Criel Alpes Massif Central), afin de leur permettre de mener des actions plus spécifiques à leur bassin de production.

Il est à noter que certaines actions menées par l’ANICAP bénéficient d’un cofinancement des pouvoirs publics à travers FranceAgriMer.

Ces financements publics ne seraient pas accessibles sans la contrepartie financière apportée par les cotisations de l’ANICAP.