L'épidémie de COVID-19 impacte sévèrement les filières agricoles et la filière caprine n'est pas épargnée.

La priorité des entreprises de transformation est d’assurer la continuité de la collecte de lait de chèvre et de la transformation en produits finis ou en produits de report. 

Cependant, dans ce contexte à la fois dégradé et instable, elles vont se retrouver de façon imminente en situation de devoir détruire du lait, le lait de chèvre qui ne peut plus être transformé faute de débouchés ne trouvant actuellement pas preneur et ne pouvant pas non plus être stocké dans son intégralité. 

En réaction à cette situation d'urgence, les trois collèges de l’ANICAP ont convenu de la nécessité de maîtriser la collecte de lait de chèvre jusqu’à la fin du mois d’avril afin d’atténuer le pic de production à venir. Ils appellent donc l’ensemble des producteurs qui livrent leur lait à une laiterie à modérer leur production. Il est bien entendu que l’effort qui leur est demandé est transitoire et constitue une réponse ponctuelle à ces perturbations de marchés.  
 

Les trois collèges de l’ANICAP font régulièrement le point ensemble sur la situation.

L’ANICAP a d’ores et déjà alerté les pouvoirs publics sur les difficultés que rencontrent les différents maillons de la filière, et les sollicitera notamment pour l’accès à l’aide au stockage privé et la prise en charge de la destruction de lait pour les entreprises concernées. 

A télécharger ci-dessous l'intégralité de la note de l'ANICAP adressée aux membres de la filière laitière caprine.

Documents à télécharger

Compléments d'informations pour les producteurs à retrouver sur le site internet de la FNEC.